Alain Bernard

Seul en scène musical

Accueil > Espace Pro > Presse > Piano Paradiso > Seul en scène musical

Froggy Delight

Seul en scène musical conçu par Alain Bernard et Gil Galliot, interprété par Alain Bernard dans une mise en scène de Gil Galliot.

Scène vide ou presque : un piano droit, un synthétiseur, une chaise. Douche de lumière sur un petit homme, assis, de trois quarts faisant quasiment dos au public. En fond sonore la bande originale du célébrissime film "Le mépris". C’est beau. C’est triste. C’est poignant.

Alain Bernard, yeux mi-clos semble vivre intensément chaque note puis tout à coup se tourne vers le public avec sa mine débonnaire : "Ça plombe, hein ?!" Éclats de rire. "Piano Paradiso" est lancé.

S’en suivent alors quatre-vingt-dix minutes de joyeuses élucubrations musicales passant en revue la vie et l’œuvre de l’artiste ; de ses premiers cours de piano avec l’inénarrable Madame Ducolombier où il improvisait sur Mozart, aux préceptes farfelus de musicologie sur la famille des cintres en passant par ses petits boulots alimentaires : piano bar, compositions de musique de film, publicités...

Cet autodidacte espiègle nous entraîne, par sketchs successifs, entre digressions et calembours dans les coulisses de la musique qu’il aime et qui l’inspire, des maîtres classiques qu’il ne peut s’empêcher de réarranger en bossa, tango ou jazz, en passant par les grands Elton John et Billy Joel jusqu’aux séries et films des années 70 à nos jours (ou presque).

Plus d’une fois, le public est pris à partie, invité à participer, entre quizz musicaux et réinterprétation grandeur nature d’un orchestre philharmonique dissonant.

Sous la direction de Gil Galliot, Alain Bernard, sans temps mort, nous embarque avec lui dans son piano paradiso, pour un spectacle grand public des plus divertissants. Pour ceux qui aiment la musique sans trop se prendre au sérieux.

Cécile Beyssac, 11 juin 2018


Article publié le lundi 11 juin 2018