Cet hilarant professeur de musique

Accueil > Espace Pro > Presse > Cet hilarant professeur de musique

La Provence

Saviez-vous que l’on peut déceler plusieurs similitudes entre une musique particulière de Chopin et le tube de Patrick Sébastien Le petit bonhomme en mousse ? Cette constatation assez inattendue n’empêchera pas que l’oeuvrette de Sébastien n’égalera jamais les chefs-d’oeuvre du protégé de George Sand.

Mais cela montre bien à quel point le pillage des classiques est monnaie courante dans la variété. Après tout Gainsbourg connaissait son Chopin par cœur... Après avoir entendu la leçon de musique qu’Alain Bernard donne en ce moment sur la scène de la Fontaine d’Argent on en est encore davantage convaincu. Durant une heure et vingt minutes la "conférence" intitulée Piano Rigoletto de cet artiste multifonctions qui joue, chante, mime et s’investit en tant que comédien, dissèque les grandes architectures des mouvements musicaux. Elle offre une sorte de condensé de ce qu’il conviendrait de connaître à minima quant aux grands moments marquants de l’histoire de la fabrication des notes.

En aucun cas l’homme ne se change en professeur, et ne traite les spectateurs avec condescendance. Au contraire il s’appuie sur la culture commune des uns et des autres. C’est en s’adressant à la salle dans un va-et-vient discursif qu’il développe ses arguments à grandes gammes d’humour loufoque, déjanté, et irrésistible. Des Cavernes préhistoriques aux boîtes de nuit d’aujourd’hui, tous les compositeurs ou familles de chanteurs importants renaissent par son piano, son Casio et souvent par la voix. "C’est en Italie et pas à Cuba que l’on écoute des Fidèles castrats" lance-t-il, avant que les airs véristes du début XXe donnent naissance à un moment où la drôlerie de la mise en scène contraste avec la gravité des paroles entendues.

Et puis il y a un rap d’anthologie et une imitation de Vincent Delerm où l’artiste rive gauche, apparaît plus vrai que nature. Auteur-compositeur lui-même et grand connaisseur du monde de la poésie chantée qui admire Allain Leprest, Romain Didier, Bernard Joyet, Nathalie Miravette et Claude Nougaro, Bernard a écrit phrases et notes de cette chanson très dans l’esprit du premier album de Delerm.

À Rousset en octobre

On rit, on apprend une foule de choses, et on est ému aussi quand il reprend La valise, une des chansons que son père composa pour Bourvil. La soirée réconcilie donc la musique classique et ces chansons populaires dont Marguerite Duras, elle-même, disait le plus grand bien.

Qui a loupé Alain Bernard cette semaine à la Fontaine d’Argent, notera sur son agenda qu’il reviendra en pays d’Aix le 17 octobre à la salle Émilien Ventre de Rousset et le 17 novembre au Palais des Congrès de Marseille.

Par Jean-Rémi BARLAND

Source : http://www.laprovence.com/article/sorties-loisirs/4479260/alain-bernard-cet-hilarant-professeur-de-musique.html

JPEG - 2.2 Mo